dimanche 21 octobre 2018

Petite bibliographie du cyber

On me demande régulièrement des conseils de lecture en matière de cyber-conflictualité, la réponse n'est pas nécessairement évidente tant les approches peuvent diverger entre auteurs en fonction de leurs propres champs de recherche. J'ai donc commencé à rassembler quelques ouvrages au sein d'une bibliographie indicative qui me semble répondre aux attentes.

La bibliographie proposée ici n'est donc qu'une première approche de la question, merci de compléter les manques et proposer dans vos commentaires des ajouts pour faire vivre cette liste !

Le Lien vers la page 


https://cybertactique.blogspot.com/p/bibliographie-cyber.html

samedi 10 février 2018

Intelligence artificielle: "I'm sorry Dave, I can't do that"

"I'm soory Dave, I'm affraid I can't do that" voilà comment HAL, l'IA inventé par Stanley Kubrick dans son film 2001, L'Odysée de l'espace, répond à Dave qui lui commande d'ouvrir le sas lui permettant de rejoindre le vaisseau principal. En refusant cette injonction, la machine signe l'arrêt de mort du spationaute.... et elle le sait. Nous étions en 1968, SIRI n'existait pas, pas plus que les assistants vocaux et pourtant "l'intelligence artificielle" était déjà là mais on appelait ça un ordinateur.

Après le "cloud", le "bring your own device", la "blockchain", voici que ressurgit l'intelligence artificielle (IA) un nouveau "buzz word" qui emmène avec lui son lot de vendeurs de rêves, d'experts et de pipoteurs. Le mythe de l'intelligence artificielle, ce robot pensant qui résoudra nos problèmes de prise de décision, de traitement des données (massives, bien évidement), et qui facilitera nos vies avec des assistants aux voies suaves n'est pas une nouveauté mais il s'incarne objectivement aujourd'hui.



Car enfin, depuis que la machine bat l'humain au jeu de GO, le monde a changé (ou pas). De quoi parle-t-on exactement ? Y-a-t-il une différence fondamentale entre le traitement algorithmique statistique et les avancées de l'IA ? Tentons d'y voir un peu plus clair.

samedi 3 février 2018

Meldown-Spectre : cauchemar en cuisine


Meldown et Spectre sont deux vulnérabilités annoncées en janvier 2018 par des chercheurs du projet Google Zero. Ces deux failles de sécurité touchent la plupart des processeurs mis en circulation depuis 1995 (AMD, Intel et ARM), autant dire tous...



samedi 18 novembre 2017

Les bots : outils de la guerre silencieuse sur le net

Les bots ont acquis en quelques années une position singulière dans l'écosystème numérique en étant supposément responsables de plus de 50% du trafic Internet. Si les "robots conversationnels" ne sont pas une nouveauté au sens strict, leur capacité d'apprentissage et l'accès à des banques de données en forte croissance ont largement contribué à leur évolution et à l'augmentation de leurs périmètre d'emploi.


  • Petit voyage chez nos amis les robots

dimanche 9 juillet 2017

Cyberespace : « Le champ de bataille est partout »


A l’ère pré-numérique, le lieu du combat demeurait relativement codifié et encadré. Le champ de bataille, en est l’illustration pendant plusieurs siècles et il faut attendre la révolution industrielle et l’apparition d’armes à capacité létales accrues et dont la portée pouvait dépasser l’horizon visible pour que la dilatation du champ de bataille atteigne son paroxysme. En devenant « totale », la guerre est également « mondiale ». Mais cet élargissement n’est pas exclusivement la conséquence de l’amélioration technique des armements utilisés, sans quoi le guérillero en serait exclu, c’est la nature même des causes et des buts de guerre qui provoque cette expansion. Lorsque l’on combat une « idéologie », le monde devient alors un champ de bataille. L’insurgé ne cherche pas à dominer physiquement un espace, ni même à l’occuper (du moins dans les premières phases de développement du mouvement) son combat ne le conduit pas à viser un territoire ou un lieu en particulier. D’essence offensive au niveau tactique, le combat de l’insurrection ne connait aucunes limites géographiques, il cherchera à frapper son adversaire et ses intérêts partout où il peut les atteindre. Dans un élan prophétique, Qia Liang et Wang Xiangsui anticipaient déjà l’effacement des démarcations entre les espaces de combat conventionnels et les espaces « techniques » (donc ce que l’on comprend aujourd’hui par cyberespace).